Recherche dans le blog

Nouveaux produits

Les chroniques des secondes heures de Tanglemhor

Catégories : Chronique d'une Unseelie

L'oeuf de Tanglemhor de Azaël Jhelil
Tome 1
Auto - édition

Lien pour le commander

Musique : Vox Populi de 30 seconds to mars

"Le temps des mensonges est terminé, sombre crétin. C'en est fini du règne des accapareurs ! Les gros porcs qui gouvernaient l'Alliance ne tromperont plus jamais personne ! Les histoires inventées par vos faux prophètes pour imposer leur soi-disant "œuvre civilisatrice" ont vécu. Pourchassés par vos armées, réduits à la misère et à la famine loin de votre opulence, les peuples du Grand Aghar ont longtemps prié pour que leur vienne un sauveur. Alors, je suis venu. Moi, Krûl de Ssylsune, "monstre" issu des marécages les plus sordides où vous avez pu nous repousser, je suis venu. Pour vous faire payer vos crimes, votre insupportable arrogance. L'heure de la vengeance a sonné ! Graasch et Naarubsahoum vous réclament le prix du sang !"

L'alliance n'est plus. Le premier vindicateur a imposé sa tyrannie à la rayonnante civilisation du Bassin ctasharre. Les rois ont été exécutés, la liberté de culte abolie. Le pouvoir du semi-lacertys est absolu. Il ne lui reste plus qu'à soumettre le duché de la Marche, dernier flambeau d'une résistance à l'agonie. Tout espoir est vain. Il ne reste rien.

Il paraît cependant qu'un audacieux s'est introduit dans la Citadelle noire et en a dérobé l'un des biens les plus sacrés du Très Saint Libérateur. Toutes les forces de l'Empire ont pour ordre de le ramener... vivant.

     Je situerais ce livre entre spiritualité et héroïc fantasy, un mélange des genres diablement bien écrit avec fluidité. L'auteur sait nous captiver dans son combat entre Ombre et lumière. Entre krul, le vindicateur despote et la résistance de la marche, l’auteur nous décrit chaque scène comme si l’on y était avec un vocabulaire qui sied bien pour l’époque médiévale. Des monstres, des morts vivants, des fées, des démons, de la magie, de la sorcellerie, de l’action, des complots, des rebondissements. De quoi passer un bon moment de lecture ! L’héroïsme de certains personnages m'ont fait rappeler des légendes oubliés, un peu comme les Zorro de ma jeunesse . Nous rencontrons des personnages haut en couleurs comme Meldaïn pour qui je me suis prise d’affection, serpent de Lune, masque noir et tant d’autres. J’ai apprécié chacun des personnages à sa juste valeur avec leurs qualités et leurs défauts qui leurs sont propres. Je ne rentrerais pas dans les détails car je ne veux surtout pas vous gâcher le plaisir de cette lecture mais l’auteur a un beau avenir devant lui, un talent indéniable pour raconter des histoires.

     L’auteur sème avec parcimonie des petites touches humoristiques : des références littéraires, musicales comme celle d’Aznavour. Mais là où l’auteur joue gros et je trouve qu’il s’en sort plutôt bien, c’est la façon de retranscrire les problèmes de notre société et la politique de notre monde qu’ils soient historiques ou contemporaines. L’auteur n’hésite pas à torturer, tuer ses personnages, ce qui rend le récit encore plus réaliste. C’est un livre où il faut prendre son temps pour le lire, il se savoure comme on mange du chocolat. Un grand bravo à l’auteur car il a réussi à me faire voyager, à m’émouvoir, à me donner le frisson. Il a cette passion à travers les mots de nous faire vibrer à tel point que j’ai eu envie de prendre les armes, et de rejoindre Oriana, la Dame de la marche comme résistante dans son combat. Ce livre me fait penser à « Vox Populi » une chanson de 30 seconds to mars. J’ai fini cette saga car vous comprendrez bien que je l’ai dévorée et je la conseille vivement à tous les mordus de Fantasy.

Les Contes d' Elfëllía


Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)