Recherche dans le blog

Nouveaux produits

" Que passe l'hiver "

Catégories : Chronique d'une Unseelie

"Que passe l'hiver" , De David Bry

Edition Pocket

Lien pour commander le livre

"Beaucoup prétendent que les esprits et les oiseaux de Crain vivent derrière le voile. Je crois que c'est faux. Je pense que le monde des esprits est à l'intérieur de nous, que les esprits ne sont ce qu'on veut bien imaginer qu'ils sont, et que la magie est le pouvoir de les rendre...juste réels."

Résumé :

Stig vient d'avoir vingt ans, l'âge de porter une épée et de se rendre - enfin ! - sur le Wegg, l'étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d'hiver ne se déroule pas comme il l'avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire. Menacé sans qu'il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l'ombre des festivités, protéger ceux qu'il aime ... et même survivre. Y parviendra-t-il ? À la croisée de l'ode initiatique et du huis-clos, Que passe l'hiver raconte le destin d'un jeune homme au pied bot et d'un roi aux longs bois de cerf, pris dans le maelstrom d'un monde qui se meurt, peut-être...

Mon avis :

Au cœur de l’hiver, dans une atmosphère lourde et glacée, Que passe l’hiver est un livre à la plume fluide et poétique. L’auteur nous embarque dans un monde enneigé, où règne un silence abyssal, voir étouffant. Il ressort de cette lecture une lenteur exagérée mais j’ai aimé me perdre dans les méandres de l’hiver et découvrir ce monde riche et fascinant. Il émane de ce livre une puissance, une force, une étrange tristesse, une beauté fragile, une solitude terrifiante. Stig m’a beaucoup touché par son authenticité, sa spontanéité, son humanité, ses blessures. Tout au long de cette lecture, les morts s’enchaînent sans raisons ni liens apparents, assombrissant les festivités du solstice. Plus on avance dans le livre, plus le froid virulent s’installe, encore plus dément que la folie elle-même. Ô que cette fin nous laisse un terrible goût amer de cendre et de mort. C’est tout en émotion que j’ai refermé ce livre. Une belle ode à nos vies, à nos choix, à nos actes, à notre monde, à nos fils du destin que nous tissons chaque jour, à notre libre arbitre.

Etes vous prêt à braver le froid et rencontrer le roi de la clairière ?

Les Contes d' Elfëllía

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)